samedi 6 avril 2013

19 ème séance : La chose primitive.


La séance 18 traitait du thème de la sortie.
Sortie d'un lieu, par Thésée, grâce au fil d'Ariane,
 sortie d'un état, celui de l'ignorance, suite au désir de savoir.

Ce thème s'était déduit de la rencontre entre tout ce qui bruite ici, associations
 de mots, de sons, d'images qui trament la suite des séances,
et un élément quelconque rencontré à l'extérieur, et que j'intègre parce qu'il sert la visée du blog.
L'élément quelconque, là, c'est ce fragment de texte qui dit quelque chose sur le désir d'analyse

 L'important est que nous touchons une perspective historique rétroactive.
Le sujet formule et organise une situation primitive dramatique 
à partir du point où nous en sommes dans l'analyse, 
d'une façon qui s'inscrit dans sa parole actuelle, son pouvoir de symbolisation présent.
C'est ainsi que nous retrouvons, par le progrès de l'analyse, 
ce qui se présente comme la chose primitive, l'organisation primordiale la plus profonde.
                                                                                                                                      Lacan, La relation d'objet.

                                                                               
Le mot important est donc l'adjectif  "rétro-actif":
"Ici" dans l'analyse, et "maintenant" au point où nous en sommes, au présent,
nous formulons et organisons -parole actuelle, symbolisation actuelle-
une chose primitive, primordiale, un drame qui a déjà eu lieu,
et qui a toujours lieu.




J'ai trouvé cette image ici

vendredi 5 avril 2013

La symétrie n'est qu'un instantané.




Jacques Lacan : "Je me suis aperçu d'une chose, 
c'est que peut-être je ne suis lacanien que parce que j'ai fait du chinois autrefois."**

Yin et yang, en opposition symétrique, 
sont au cœur de tout ce qui se manifeste : femme homme, jour nuit, terre ciel .. 
mais ils le sont dans un mouvement qui est perpétuel : approche .. éloignement .. approche ..

De même nous savons que notre dynamique psychique connait une oscillation perpétuelle 
liaison .. déliaison .. liaison .. déliaison ..
depuis que Freud a lu dans les formations de l'inconscient qu'un conflit psychique 
né de nos tendances contraires, même exilé par le refoulement, ne cesse de faire retour :
dans nos rêves, dans nos symptômes, dans nos lapsus et nos actes manqués, 
il rythme une perpétuelle alternance : patent .. latent .. patent 
 comme le yin et le yang de la sagesse chinoise.


                                                    Le Yijing et la topologie lacanienne.

___________


samedi 23 mars 2013

18 ème séance : "Tu peux s.." ortir du labyrinthe.






Ariane a aidé Thésée à sortir du labyrinthe contre une promesse, qu'il n'a pas tenue.
En lui disant "Tu peux sortir du labyrinthe, si .." elle a pris ce risque : miser sur l'autre.

Je ne suis pas venue à penser au fil d'Ariane par hasard,
 mais parce que, dans cette élaboration que je poursuis ici "séance après séance",
après "X, Y, XX, XY" qui venait après "Panade", lui-même suivant  "$<>a" etc..
et avec à l'esprit ce projet de montrer comment fonctionne la psychanalyse, 
qui me fait choisir pas n'importe quelle communication, mais celles soumise à un fil conducteur 
(souvent invisible je le reconnais, mais patience ..), et sachant qu'y passe aussi de l'in-maîtrisable,
j'ai rencontré,
leçon 8 du séminaire sur la relation d'objet, leçon qui traite du fantasme "On bat un enfant"
 ce fragment de l'enseignement de Lacan :

L'important est que nous touchons là une perspective historique rétroactive. 
Le sujet formule et organise une situation primitive dramatique
 à partir du point où nous en sommes dans l'analyse, 
d'une façon qui s'inscrit dans sa parole actuelle, dans son pouvoir de symbolisation présent.
C'est ainsi que nous retrouvons par le progrès de l'analyse
ce qui se présente comme la chose primitive, l'organisation primordiale la plus profonde. 

Rien n'est mieux approprié pour s'insérer dans mon élaboration, ici, que ces mots traitant de
perspective historique rétroactive,
de fantasme comme drame primitif pouvant s'inscrire dans une parole actuelle.
En cherchant un titre et une illustration, j'ai pensé à "fil d'Ariane", qui m'a fait imaginer cet homme
tâtonnant, cherchant une issue , à qui Ariane a dit "tu peux sortir" (assorti d'une condition).
Il y a une infinité de lieux, réels, imaginaires, symboliques, desquels on peut vouloir sortir ..

La superposition des significations possibles, et des sons, n'en doutons pas,
autour de "tu peux sortir du labyrinthe" m'ont conduite à
"Tu peux savoir",
autre formule de Lacan par laquelle il a voulu nous dire que nous pouvons sortir de l'ignorance.
Notamment : en confiant notre position subjective à un autre, ou d'autres, voire à un public,
nous pouvons avancer vers un savoir sur notre absolue intimité,
notre organisation primitive la plus profonde, sur ce qu'organise notre fantasme fondamental.

Il n'est question que de cela, ici, séance après séance.

____________



haut article : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dionysos_Ariadne_Louvre_CA929.jpg?uselang=fr

vendredi 25 janvier 2013

16. Panade.





Encore une fois, je suis dans l'embarras pour continuer, après avoir affiché 
la formule du fantasme  ($ <> a) dans le message précédent.

                 Embarras, comme Panade*, ou peine, ou panne, évoque le tourment d'être arrêté
             dans un élan, une trajectoire : ça piétine, ça balance, il y a de l'indécision et de l'impossibilité.
                                 
             Suivant mon choix d'y mettre du mien, de "me prendre avec" ce que je dépose dans ce blog,
                           j'ai glissé "gargoulette", ce signifiant de ma propre histoire, dans l'affiche
               "ici-on-parle-de-psychanalyse-et-je-vais-tenter-de-vous-en-transmettre-un-bout".
                                                                      Résultat ?
                     Quitter le fauteuil pour se ré-arrimer au divan présente des difficultés imprévues.
                                     
                                  Dans ce que j'ai créé là, cet hybride fruit des deux hybrides
                          "Enseignement-mais-pas-vraiment"  + "déballage* non-sans-maîtrise",

                                     donner la formule sèche $ <> a, la formule du fantasme,
              et "tout sujet humain($) .. garde un certain rapport(<>) .. à son premier objet(a)"
                       (un savoir sur le fantasme, sa formule, un savoir qui s'enseigne), ne suffit pas,
                  je dois tenter de montrer que mon inconscient est impliqué dans cet acte de volonté.

                                         Par chance aujourd'hui c'est facile, alors allons-y :
                 Tout un chacun est impliqué dans ce qu'il dit, soit d'une manière volontaire (les mots
                 sont choisis pour servir notre message), soit d'une manière involontaire, hors volonté,
              hors pensée consciente, qui fait que certains des mots alignés, enchaînés pour servir l'idée
            consciente, le projet, servent en même temps une autre logique, invisible, mais parallèle.
               Dans un discours enseignant bien maîtrisé, bien étale, fluide, chaque mot se lie à celui qui
              l'a précédé et à celui qui le suit dans une parfaite continuité. Pourtant un psychanalyste qui
              connaîtrait le parleur depuis un certain temps pourrait repérer ceux qui parmi eux relèvent
                                                             des deux logiques.
             L'éclosion est discrète : une bulle légère venue éclater à la surface de l'eau sans la troubler.
              Qui pourrait croire que ce qui a produit ce léger clapotis a la même origine que le geyser
                            qui a surpris Rachida Dati et déstabilisé tant de monde ? Et pourtant.

                          A la ligne 4 de ce message pensé et réfléchi sur le fantasme en général,
              s'est glissé un mot discret en ce sens que je suis la seule à savoir que s'il est venu là pour
                servir mon idée de sur-place et de piétinement, il sert aussi ma logique inconsciente car
                                          aussitôt écrit il m'a renvoyée à métronome.
                  Métronome a à voir avec un rêve de cure personnel, cure dans laquelle il a joué
                -jeu qui n'est jamais fini, la preuve-, un rôle fondamental quant à l'élucidation de mes
                                        propres fantasmes, originaire et fondamentaux.

            Les lignes qui suivent sont la conclusion de ce que j'ai écrit aujourd'hui, à partir de "panade"
          et de la définition du fantasme. Pour ce faire j'ai choisi mes mots. Si vous m'avez un peu suivie
              vous trouverez peut-être parmi eux un verbe qui a une parenté avec "ça balance" et avec  
           "métronome", avec ce qui, dans mon discours, témoigne du monde sous la surface de l'eau.

                                                             Conclusion :
          Deux incidences font obstacle à la vitesse de production des messages "séance après séance" :
                 la première tient à mon intention de présenter un travail théorique le plus clair possible,
                  mais la seconde tient .. au fantasme lui-même d'être ainsi en quelque sorte appelé,
                le fantasme originaire impose (plus ou moins) sa loi, qui est d'osciller entre deux pôles :
                                         un pôle qui éteint, et un pôle qui euphorise.

                 En attendant la suite, qui viendra quand elle viendra, je poursuis mes comptes rendus
                       de lectures très appliquées : le séminaire sur LA RELATION D OBJET
                      et, au gré des circonstances, PSYCHANALYSE DES CONTES DE FEES
                                          ou DENOUEMENT D UNE ANALYSE
                 


                                                       
                                                      J'ai pris l'image du métronome ici :
                    http://www.medecine-des-arts.com/Le-rythme-le-metronome-le-tempo-le.html